C’est décidé, je fais une terrasse !

Que soit pour donner une plus-value à sa maison ou encore pour pouvoir profiter d’une surface supplémentaire en été, faire une terrasse est souvent une chose qui tente beaucoup de propriétaires de maisons. Il convient ainsi de se poser les bonnes questions avant de se lancer mais également de savoir par où commencer lorsque l’on souhaite construire sa propre terrasse.

 

Terrasse ou véranda ?

La question qui consiste à se demander s’il est mieux de construire une véranda ou une terrasse est souvent d’actualité lorsque l’on souhaite correctement aménager son extérieur. Pour répondre à cette question, il convient de bien savoir quantifier les avantages et les inconvénients de chacune des 2 solutions. Alors que une véranda est une véritable extension de la maison, la terrasse est très souvent utilisée durant les périodes estivales ou du moins lorsque les conditions climatiques le permettent. Au niveau financier, construire une terrasse vous reviendra entre 3 à 5 fois moins cher que de construire une véranda à superficie comparable. Enfin, il existe encore des critères plus personnels qui peuvent être liés au fait que l’on peut profiter pleinement du soleil lorsque l’on a une terrasse alors que l’apport solaire n’est pas direct avec une véranda.

 

Plusieurs types de terrasses pour savoir bien construire la sienne

Les paramètres qu’il est nécessaire de prendre en compte lorsque l’on construit sa terrasse sont multiples et vont de la superficie, de la forme mais aussi à l’orientation de votre terrasse. On peut observer le plus couramment que une dizaine de mètres carrés permettent d’installer une table et 4 chaines mais 15 mètres carrés reste une taille standard et correcte pour une terrasse. Egalement, une multitude de magasins peuvent vous proposer des guides afin de réaliser vous-même votre terrasse qu’elle soit en bois ou encore avec une chape en béton. Pour ce faire, il suffit d’aller dans des magasins de ce type (Castorama, …) et de demander un guide expliquant la conception d’une terrasse. En plus d’expliquer les différentes méthodes pour construire sa terrasse ainsi que tous les achats que vous aurez à faire en magasin avec les références adéquates, des conseillers en magasins seront bien souvent là pour vous aider si vous avez des questions pour la construction de la chape, pour carreler votre terrasse ou encore pour l’entretient de cette dernière.

 

D’autres moyens pour construire sa terrasse 

Des forums mais également des tutoriels sur le web sont construit de telle sorte à vos proposer des conseils de professionnels qui vous permettront de construire votre terrasse en bois ou en béton. Il est cependant conseillé de se faire aider par un professionnel si vous souhaitez construire votre terrasse par vos propres moyens.

Isolation : avoir les bons réflexes

Tout le monde a le désir de bien isoler sa maison. On pense bien évidemment à la consommation d’énergie et aux économies mais une maison bien isolée est aussi bien confortable.
Elle fait tout de suite plus saine et moins humide.

Avant de commencer à isoler sa maison, il faut faire un état des lieux sérieux pour savoir où se situent les fuites de chaleur.
La toiture est à l’origine de 30% de la perte de chaleur, les murs 25% et les vitres 13%. Ce sont donc les parties de la maison à isoler en priorité.

Souvent, les personnes qui décident de faire des travaux d’isolation commencent donc par les combles.
Même s’ils ne sont pas habités, leur isolation est indispensable. Les matériaux les mieux adaptés pour vos combles sont le polystyrène expansé ou extrudé, la laine de verre ou la laine de roche. Chacun de ces isolants possède une bonne résistance et une bonne conductivité thermique. Ces deux qualités sont la base d’une isolation réussie.
Il faut savoir qu’au moment de choisir le matériau, il faut toujours prendre en compte sa résistance thermique R. C’est indiqué sur l’emballage. Plus le R est important plus le produit sera isolant.

Ensuite, il faut penser à faire l’isolation thermique des murs. Elle peut se faire par l’intérieur, c’est moins performant que si vous faites une isolation par l’extérieur mais le chantier revient moins cher et peut être fait par un bricoleur amateur.
Isoler le mur du côté nord est rentable et la façade ouest mérite une bonne protection contre l’humidité.
L’isolant peut être placé entre les murs et une nouvelle cloison. Il y a un choix assez important de matériaux. Lorsque vous faites votre choix, il faut encore regarder le R sur l’emballage qui indique la résistance thermique.
Pour les murs, les isolants sont le placoplatre. C’est une technique facile pour les cloisons régulières.

Les autres isolants sont aussi le polystyrène extrudé, la laine de verre ou de roche, la laine animale (mouton) ou végétale comme le chanvre ou la fibre de bois
Pour l’isolation des murs, la question d’un pare-vapeur peut aussi se poser.
C’est une feuille ou une membrane qui empêche le cheminement ou la stagnation de la vapeur d’eau dans les parois. Elle est toujours posée à l’intérieur de la maison. Le pare-vapeur n’est pas toujours nécessaire, une bonne ventilation peut suffire à éviter les risques de condensation.

L’isolation des fenêtres peut être aussi bien agréable. Cela permet de ne plus avoir froid près d’elles et d’éliminer la buée des vitres…
Changer les menuiseries et le vitrage est un investissement très rentable.
Pour réussir sa bonne isolation thermique, il faut faire attention au vitrage et à la structure. Il faut faire le choix de ne pas acheter du bas de gamme.
Le PVC qui a des chambres étanches et qui renferme de l’air immobile est le meilleur isolant, ensuite vient le bois naturel et l’aluminium.
Pour le vitrage, il y a le choix entre plusieurs possibilités. Il est possible d’obtenir 40 % en moins de perte de chaleur grâce à un vitrage isolant. Il en ressort que les vitres sont déterminantes pour une bonne isolation.

Aujourd’hui, les travaux d’isolation des maisons sont le type de travaux les plus réalisés. Ils sont en augmentation constante. Car isoler sa maison empêche la chaleur d’en sortir.
C’est un fait avéré : protéger sa maison du froid permet vraiment de faire des économies de chauffage et cela vous fera d’autant plus d’économies que vous n’aurez plus besoin de la chaudière ultra performante que vous comptiez installer…
Même si isoler votre maison vous a coûté un peu d’argent, il faut penser à long terme. Faites le calcul entre le coût de la pose des matériaux et la différence sur la note de chauffage. Nul doute, vous serez gagnant

Une terrasse agréable pour l’été

Les nouveaux propriétaires de maison avec jardin ont déjà leur idée sur l’aménagement extérieur. Parce qu’inévitablement lors de l’achat de leur bien immobilier, ils se sont projetés sur leur terrasse de jardin en l’imaginant en été. Aussi dès l’acquisition de la maison et l’emménagement effectué, l’aménagement de la terrasse devient le principal objectif des nouveaux propriétaires. 

Un lieu unique
Il faut dire que dès les premiers rayons de soleil printanier, l’appel de la nature nous pousse littéralement à l’extérieur afin de profiter pleinement du grand air et du soleil. Au programme, détente bien sûr mais aussi moments de convivialité entre amis ou en famille autour d’un apéritif, d’un barbecue ou d’un repas de famille pris à l’extérieur de la maison. Les activités de plein air sont légions. Il suffit juste d’aimer le grand air et les espaces verts. Aussi, aménager sa terrasse constitue un vrai projet mûrement réfléchi qui tient compte de toutes les contraintes autant budgétaires que techniques. Les goûts en matière de mobilier et d’équipements extérieurs feront le reste.

Installer sa terrasse
Il existe différents types de terrasses: de la terrasse en bois ou en matériau composite à la terrasse en ciment en passant par le kiosque métallique au centre du jardin, vous n’aurez que l’embarras du choix. Il faut donc définir avant tout le style de votre future terrasse puis tout de suite après le matériau et la dimension à couvrir qui inévitablement influera sur le coût final de votre terrasse. Le bois est bien sûr le matériau naturel le plus utilisé et qui intégrera le mieux la future terrasse dans l’espace naturel du jardin. Mais les matériaux composites sont également très séduisants et d’excellente qualité. Il faudra ensuite choisir entre les lames de bois ou en matériau composite et les dalles en bois ou en céramique.
Le positionnement de la terrasse sera ensuite très important. Une terrasse immédiatement adjacente à la cuisine d’une maison est particulièrement pratique pour les raisons que l’on devine aisément. Une terrasse complètement excentrée au milieu d’un jardin possède aussi un charme évident qui apportera en plus une certaine valeur ajoutée à l’ensemble de la maison. A en croire les spécialistes de la terrasse, il faut compter entre 6 et 7 m2 de surface par occupant permanent de la maison pour assurer un certain confort et le bien-être de tous. Vous pouvez donc évaluer facilement la surface minimum qu’il vous faut pour passer d’agréables moments de farniente et de détente en été. La couverture de la terrasse sera l’autre point important à solutionner. Toit fixe ou amovible, tonnelle de couverture ou pas de toit du tout seront les principales options. Avant de vous occuper de l’aménagement de la terrasse, il faut que la structure soit bien en place.

Aménager sa terrasse de façon fonctionnelle et en faire un endroit confortable
Pour bien aménager sa terrasse, il faut se poser les bonnes questions. Quelles sont les activités que vous souhaitez mettre en œuvre dans votre jardin et partant de là quel est l’équipement indispensable pour passer le plus agréable des moments à l’extérieur en été? Ainsi le premier équipement à installer va être le mobilier extérieur. Une table et quelques chaises bien sûr mais également des fauteuils et des chaises longues confortables pour se reposer tout en profitant des rayons du soleil et du grand air. Lorsque la température commence à s’élever, le barbecue devient quasiment indispensable dans un jardin pour déjeuner ou diner dehors entre amis ou en famille. Aussi, le choix du moyen de faire griller sa viande sur un équipement fixe ou amovible, au charbon de bois ou au gaz se posera inéluctablement. Les barbecue-parties font partie des moments incontournables de l’été qui auront pour cadre votre future terrasse. Le repos ou une petite séance de bronzage dans l’après-midi sera également très prisé par tous les membres de la famille pourvu que transats et chaises longues avec ou sans parasols soient alignés dans le jardin. En faisant preuve d’un brin d’imagination, vous ferez de votre terrasse LA pièce unique extérieure de votre maison.

Habitat : les points à connaître pour faire construire sereinement

Beaucoup de français en rêvent : devenir propriétaire est souvent un projet de grande envergure synonyme de bonheur mais aussi de déconvenues si l’on ne se montre pas suffisamment vigilant face aux malfaçons. Ainsi, pour prévenir plutôt que guérir, voici un petit guide pour vous aider à y voir plus clair avant de vous lancer dans la construction de votre future maison ! Du budget à prévoir, en passant par le choix de votre terrain jusqu’aux divers frais qui pourraient survenir au cours de la construction, ne laissez rien au hasard pour la construction de votre bien immobilier…

Prévoir un budget détaillé pour éviter les mauvaises surprises…

Avant de prendre votre décision et de vous lancer dans la construction de la maison de vos rêves, il est important de dresser un bilan complet de vos capacités de remboursement. En effet, en sachant que de nombreux frais annexes viendront se greffer à votre budget initial, il vous faudra donc prévoir un montant global plus large allant au-delà du prix de votre terrain et de votre maison. C’est donc en prenant rende-vous chez votre banquier que vous pourrez savoir de manière concrète de combien vous disposez pour mener à bien votre projet. Votre plan de financement vous permettra donc de réajuster vos idées et dans le pire des cas, peut-être de revoir vos exigences à la baisse concernant le nombre de pièces de votre future maison, sa superficie ou encore ses finitions.

Par ailleurs, sachez que votre crédit immobilier est aussi synonyme de dépenses avec notamment les frais de dossier qui représentent environ 1% de votre prêt, ainsi que les frais de notaire à hauteur de 8% du prix du terrain. Les frais de bornage et de mise en viabilité sont également à a charge de l’acheteur  en ce qui concerne le terrain.

Les diverses dépenses liées à la construction de votre maison

Même si la procédure du permis de construire est une procédure gratuite, si vous envisagez de faire construire une maison de plus de 170m², cette démarche sera alors payante et devra être réalisée par un architecte. L’assurance dommage-ouvrage est aussi une garantie obligatoire lorsque l’on fait construire un bien immobilier et représente environ 3% du prix de la maison. Vous serez ainsi couverts pour les éventuels dommages survenus après la fin du chantier. Les frais de voirie pour le raccordement à l’électricité, à l’eau, à la collecte ou encore pour l’accès au garage sont aussi des dépenses additionnelles que l’on a tendance à oublier lors du bilan de financement de départ.
Enfin, les dépenses dites « secondaires » comme la pose des différents compteurs (électriques, eau, gaz, la ligne téléphonique ou encore les peintures et revêtements de sols sont des éléments qui méritent d’être comparés pour faire des économies.

En règle générale, il est important de prévoir 10 à 15% de plus que votre budget initial pour pouvoir faire face aux dépenses imprévues. Dites-vous aussi que si cette somme ne vous sert pas pour les travaux, elle constituera un matelas intéressant par la suite, pour vos loisirs par exemple.

Bien choisir son terrain…

Le choix de votre terrain est un facteur déterminant dans la réussite de votre projet de construction car en effet, la proximité des commerces, des réseaux routiers, des transports en commun et des commerces est primordiale. Dans un tout autre registre, il vous faudra aussi prêter une attention toute particulière à l’exposition et l’orientation de votre terrain.

Ainsi, pour le choix de votre terrain, deux solutions s’offrent à vous : premièrement, vous pouvez vous tourner vers les terrains en lotissement qui vous garantit certaines facilités notamment en termes de viabilisation ou bien le terrain isolé qui vous assure une plus grande liberté.
La nature du sol et les éventuels risques naturels (sismiques, argile, etc . …) est également un élément déterminant pour le lieu de construction de votre maison.

Trouver des artisans de qualité pour un travail soigné…

Le choix des professionnels qui travailleront sur la construction de votre maison est bien évidemment un point crucial pour mener à bien votre projet. Plusieurs options se présentent donc à vous : les maisons clés en main constituent une alternative pertinente au niveau des prix mais aussi de la qualité du service. Cependant, cette solution ne vous permettra pas beaucoup d’originalité ou de créativité architecturale car les maisons sont présentées sur catalogue et se ressemblent beaucoup.

En choisissant de collaborer avec un architecte, vous avez la possibilité de créer une maison unique qui vous ressemble. Il peut dessiner les plans de votre maison et devenir votre maître-d’oeuvre si vous le souhaitez et gérer totalement l’avancement des travaux. Il s’agit d’une solution certes coûteuse mais qui permet d’avoir une maison à son image.

Enfin, la vérification des travaux est la dernière ligne droite avant votre installation : vous devez en effet vous assurer que les travaux sont achevés et menés à bien selon vos souhaits. Si vous constatez des anomalies, il vous faudra les signaler sur le procès-verbal prévu à cet effet afin que le constructeur puisse faire corriger les éventuels petits défauts de finitions ou autres.

L’eau que nous consommons est-elle bonne ?

Peut-on boire l'eau du robinet ?

Peut-on boire l’eau du robinet ?

Une éternelle question nous taraude l’esprit lorsque nous nous servons un verre d’eau ? L’eau que nous buvons est-elle bonne pour notre santé ?

Ne contiendrait-elle pas trop d’arsenic… ? Est-elle bien épurée ? Devons-nous préférer l’eau du robinet ou l’eau en bouteille ? Partons donc en quête de réponses en ce qui concerne les différentes utilisations que nous faisons de cette eau, fondatrice à 60% de notre organisme. Existe-t-il peut-être des accessoires alternatifs à la consommation de la H2O ?

L’eau : une question qui fâche !

Si vous êtes exemptés de récupérateur d’eau et d’autre accessoires écologiques révolutionnaires, il semblerait bien que l’eau que vous buvez soit la même que celle avec la quelle vous vous lavez.

Au 21ème siècle, nous nous laissons dire qu’il est inenvisageable de pouvoir équiper tous les logements d’un système dissociant eau potable à boire et eau non potable pour se laver, tirer la chasse….

Malgré le fait que cela soit aberrant compte tenu de la situation écologique de notre planète là n’est malheureusement pas le sujet traité.

Faisant l’impasse sur ce sophisme, demandons-nous aujourd’hui si l’eau que nous retrouvons dans nos verre est buvable ?

Pouvons-nous boire l’eau du robinet ?

Selon une fine analyse de la part du magazine 60 millions de consommateurs en partenariat avec la fondation D.M France Libertés, l’eau du robinet contiendrait dans les 8 échantillons sur 10 analysés, au moins 1 molécule impropre dans les 85 recherchées. Sachant que l’origine de ces traces reste inexplicable il semblerait toutefois que ces eaux restent potables. Ainsi, même si elles ne répondent pas en tout point à la conformité exigée, la contenance de pesticides ou de médicaments ne viendrait pas perturber notre organisme.

Pouvons-nous alors nous réorienter vers l’eau en bouteille ?

C’est là que le bas blesse car cette même étude a également mis en exergue la présence de pesticides et de médicaments dans l’eau minérale. Sur 47 bouteilles d’eau testées, 10 contenaient des polluants essentiellement d’origine humaine. Une enquête réalisée en mars 2013 et qui a soulevé de nombreuses questions chez les consommateurs. La quantité retrouvée dans certaines bouteilles était toutes de l’ordre du nanogramme et la liste n’est pas sous scellés.

 

Quelle est la valeur de l’eau en France ?

En France, l’eau se révèle être une identité régionale. Ce n’est pas pour autant que sa réputation en est épargnée. A Limoges et Rennes, du Tamoxifène (médicament traitant le cancer du sein) a été retrouvé dans les eaux testées.

De plus, des centaines de dérogations sont accordées régulièrement par les Préfets permettent ainsi, une distribution d’eau dépassant le seuil conseillé. De ce fait, les eaux que nous consommons peuvent contenir une valeur trop élevé en nitrate, arsenic et certains autres polluants tels que les des herbicides

Alors, les consommateurs n’ont d’autres solutions que de se tourner vers des moyens alternatifs, afin pallier aux difficultés que rencontrent les Etats à nous proposer une eau pure. Mais ces outils seront-ils suffisants ? Pour quel accessoire opter parmi ceux présents sur le marché des purificateurs d’eau ?

Qui détiendra le titre de « Meilleur filtre purificateur d’eau » :

La carafe filtrante : équipée d’un filtre à charbon pour retenir les microbes et polluants présents dans l’eau du robinet. Elle ne serait pas efficace à 100%.

L’UFC que choisir remet sérieusement en cause son efficacité. Dans une étude réalisée en avril 2010, sur 31 carafes filtrantes testées, seulement 4 apparaissaient comme efficaces. Sans oublier le fait qu’un simple éternuement à proximité de la carafe suffit à la contaminer.

Autre inconvénient décelé : Les filtres retiendraient aussi les bonnes choses tel que le calcium par exemple.

La carafe filtrante requiert donc une utilisation minutieuse pour ne pas être contaminée en cuisine et ne reste pas sans équivoques. Il faut compter environ 5 euros par filtres, à changer mensuellement.

Le filtre de robinet : il fonctionne de la même manière que la carafe filtrante. Néanmoins, il n’est pas laissé au contact de la contamination microbienne et c’est tout à son avantage. Il faut compter environ 35 euros pour un premier prix, à changer tous les trimestres.

L’osmoseur : bien que beaucoup plus cher, il est à changer annuellement et nécessite aussi d’être posé par un professionnel.

En outre, il permet de filtrer l’eau sur plusieurs niveaux et d’obtenir ainsi une meilleure qualité. Pour s’en procurer, il faut prévoir un budget de 150 à 1300 euros environ.

Certains ménages optent pour l’assainisseur aux ultraviolets. Ce dernier permet uniquement de « griller » les bactéries mais n’annihile pas les polluants. Placé sous l’évier il est accessible pour la modique somme de 400 euros.

Aujourd’hui, de nombreux consommateurs sont fervents du mythique réfrigérateur américain distributeur d’eau. Malheureusement, ce dernier rencontre les mêmes problèmes quant à la qualité de son eau distribuée étant donné qu’il est relié à une arrivée d’eau domestique. Cependant, un filtre intégré à ce système peut diminuer la présence de polluants. Les filtres pour réfrigérateurs américains revêtent les mêmes caractéristiques que celles du filtre de robinet.

Le charbon végétal du Japon : plus écologique, plus abordable et plus efficace. Quoi que peu connu et utilisé, il semblerait toutefois que ce soit l’outil réunissant le plus de qualité. Non seulement il absorbe les polluants mais il réinjecte aussi les bonnes choses comme le calcium, le magnésium et le fer. Il est actif pendant 3 mois et réutilisable après avoir été bouilli 10 min, pendant 3 autres mois. Cerise sur le gâteau, il est disponible dès 3,70 sur Internet. Jusqu’à ce que des scientifiques viennent prouver un quelconque dysfonctionnement sur ce très vieil outil, utilisé depuis 400 ans, il reste le détenteur du titre du « meilleur filtre purificateur d’eau ».

En somme, même si l’infime présence de polluants n’est pas dangereux pour notre santé sur le court terme, mieux vaut changer régulièrement d’eau minérale et filtrer l’eau de son robinet.

Par contre, le fait de retrouver des traces de pesticides et de médicaments dans nos eaux en bouteille qui sont soumises à un système de production extrêmement rigoureux, semble tirer la sonnette d’alarme sur l’état de santé de notre écosystème.

Il faut donc se l’entendre dire, nos ressources en eaux potables pourraient bien ne pas être éternelles !

Des produits d’entretien écologiques

Des Produits d'Entretien respectueux de l'environnement

Des Produits d’Entretien respectueux de l’environnement

L’écologie prend, depuis quelques années, une place importante dans notre vie quotidienne. Aujourd’hui, il est d’ailleurs possible de calculer son empreinte écologique et, de tenter, grâce à des gestes simples, de la réduire au maximum. Devenir éco-citoyen passe, par exemple, par le tri des déchets, la gestion de sa consommation d’énergie ou encore, objet de cet article, par la non-utilisation de produits d’entretien chimiques.

Selon une étude du CNRS, les Européens consomment près de 11 kg de produits pour le nettoyage par an et par individu. Choisir des produits écologiques permettrait donc de réduire les effets néfastes sur l’environnement. Or, comment les choisir? Comment être sûr de leur efficacité? Comment ne pas se ruiner? Petit tour d’horizon de tout ce qu’il faut savoir afin de marier entretien et écologie…

Produits d’entretien écologiques: Comment les choisir?

Au supermarché, le rayon « produits d’entretien » est l’un des plus fournis. Entretien de la cuisine, de la salle de bain, des sols, des appareils électroménagers…. Chaque recoin de votre maison possède son propre produit. Comment alors faire le tri et savoir quels sont les produits « écologiques »? Afin de nous faciliter la tâche, la France, mais aussi l’Union Européenne, ont mis en place un système de sigles permettant de distinguer les produits écologiques sur le fameux rayon de la grande surface. Les plus connus sont les sigles NF ENVIRONNEMENT (né en 1991 et attestant que les produits présentent des impacts moindres sur l’environnement),la « Fleur » (sigle européenne crée en 1992) ou encore l’Anneau de Moebius indiquant que le produit ou son emballage est recyclable.

Produits d’entretien écologiques: Sont-ils performants?

Choisir d’utiliser des produits écologiques amène la question de leur efficacité. De nombreux progrès ont été faits depuis plusieurs années rendant les produits écologiques souvent plus efficaces que les produits chimiques. Une majorité des produits nettoyants écologiques contiennent du bicarbonate de soude ou de la terre de Sommières agissant de manière plus performante et moins fatigante! En effet, les produits chimiques contiennent, pour la plupart, des substances volatiles s’évaporant rapidement et obligeant à récurer plus fort. Voilà une bonne raison pour jeter les produits chimiques et leur préférer les produits écologiques.

Produits d’entretien écologiques: Vive les recettes de grands-mères!

Des produits écologiques à bas prix? Cela existe! Il suffit de les « cuisiner » soi-même à l’aide des produits naturels que l’on trouve dans les grandes surfaces. Vous souhaitez faire briller votre baignoire? Mélangez à de l’eau très chaude, une poignée de cristaux de soude, une cuillère de bicarbonate de soude, un verre de vinaigre blanc et quelques gouttes d’huile essentielles pour parfumer. Dégainez l’éponge et frottez à l’aide de l’huile de coude. Résultat? Une baignoire brillante et un doux parfum d’huiles essentielles.
Autre exemple? Un bidon d’un litre de liquide vaisselle coûte en moyenne 3,28 euros. Et s’il était possible de ne payer que 2,05 euros pour un litre? Pour se faire, mélangez, dans un litre d’eau bouillante, 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude, 4 cuillères à soupe de savon noir ménager, 3 cuillères à soupe de de cristaux de soude et 30 gouttes d’huile essentielle de citron ou de thym.
Attention tout de même, si vous décidez de vous lancer dans la réalisation de ces recettes, utilisez des gants. En effet, les cristaux de soude peuvent être irritants pour la peau.

Chaque année, chaque foyer français dépense près de 220 euros en produits d’entretiens chimiques. Faites donc le choix de l’écologie, du respect de l’environnement et de l’économie grâce aux produits écologiques!

Les Tendances Design

L'ultra Design se démocratise !

L’ultra Design se démocratise !

Les tendances en matière de design intérieur, qu’il s’agisse de couleur, de forme ou de matière sont en constante évolution. Chaque année regorge de nouvelles modes graphiques qui sont les conséquences des changements majeurs de notre société. En 2014, de nombreuses inspirations ont su s’affirmer et acquérir une grande popularité chez les designers. D’autres influences ont également vu le jour : alors, que choisir pour son intérieur ? Quelles sont les grandes tendances de l’année 2014 en matière de design et comment les appliquer ?

Les différentes tendances influencent plusieurs domaines de la décoration d’intérieur. En effet, la décoration d’intérieur, également appelée architecture d’intérieur influe sur la vie des hommes au quotidien. Elle joue avec chaque détail de l’espace de vie, des mobiliers à la couleur de l’espace de vie en passant par les objets et la lumière de la pièce. Elle doit à la fois refléter les tendances de la société actuelle, mais aussi la personnalité de l’habitant, car c’est lui, qui, au final, occupera les lieux au quotidien.

Les couleurs phares : à la recherche de la détente

Au cours des dernières années, on a pu remarquer la recrudescence de couleurs pop voire fluos, que ce soit en mur plein, ou en petites touches décoratives.
En 2014, on retourne à une tendance naturelle, avec des palettes de couleurs douces et neutres. Les teintes phares, appelées les « Nouveaux Neutres » jouent sur des tons pastels parfaitement assortis. On retrouve également de nombreux tons chauds et doux pour une ambiance cocooning : les caramels, camels et fauves, agrémentés d’une touche d’ocre ou d’orangé.

Selon Benjamin Moore, la couleur phare de 2014 est un bleu éthéré, très doux : la teinte Bouffée d’Oxygène.

Les matières : privilégier le retour aux sources

Cette année, la matière tendance est sans aucun doute le bois. Il s’agit d’une valeur sûre, durable, mais également d’une valeur refuge, cocooning, rassurante. Attention, on ne parle pas de bois façon meubles rustiques en chêne massif, mais de bois version revisitée et épurée. Associé avec de la laque blanche ou du métal, le bois permet la création de meubles à la fois tendance et chaleureux. Il est également très utilisé en revêtement mural, en valorisant des formes géométriques, des pavés par exemple.

Les matières premières brutes reviennent également en force cette année : paille, carton, ou encore lin, tous les objets décoratifs apportent une valeur ajoutée au matériau sans le dénaturer. Ainsi, on retrouvera des objets contemporains tels que des luminaires en carton ou encore des coussins garnis de paille…

Les styles à adopter pour un intérieur tendance

Cette année, la nature est mise à l’honneur : elle reprend ses droits et s’invite sans scrupule dans nos intérieurs. Pour une décoration sans artifices, valorisez les imprimés feuillus ou fleuris, associés à des couleurs claires et lumineuses. Les matériaux à favoriser sont le bois et les tissus naturels, comme indiqué ci dessus. La décoration nature a énormément de succès car elle donne une impression de détente à l’ensemble de la maison. De plus, elle permet de surfer sur la vague du do it yourself et pousse à la création (tabourets en rondins de bois, compositions florales…).

Les années 60 connaissent également leur heure de gloire : le vintage revient, en petites touches que ce sit en mode chic et vintage ou vintage fun.

Enfin, l’ethnique bohème, qui séduit les créatifs depuis plusieurs années, connait un raffinement du style. Encore plus cocooning, avec des tressages, sculptures, on l’agrémentera de verre pour moderniser l’ensemble.

Des purificateurs d’air pour assainir l’air de vos pièces

Humidificateur d'air

Humidificateur d’air

Les matériaux entrant dans la composition du mobilier, les rideaux, le linge de maison, les tissus muraux, les peintures, les appareils électroménagers et les produits d’entretien sont autant de souches dégageant en permanence de nombreux composés chimiques. Les conséquences sur le métabolisme, en cas de contact régulier à ces substances, sont graves, même si l’étude de ces dernières est encore approximative. Nous flânons une grande majorité de notre temps dans des milieux clos, sources actives de bactéries. L’altération de l’atmosphère de nos foyers est majoritairement provoquée par des Composés Organiques Volatils (COV).

Le purificateur d’air, en complément d’aérations régulières de l’appartement et de l’utilisation de la VMC, est un dispositif visant à anéantir les impuretés d’un lieu clos. Il épure l’atmosphère, chasse les mauvaises odeurs, assainit l’entourage et restitue une ambiance saine. Il existe trois variantes de purificateurs d’air : purificateurs à filtres, à ioniseurs, ou à haute température. Ils purifient, assainissent l’espace dans lequel nous passons la plus importante partie de notre vie.

Le purificateur d’air à filtre, dit « à haute efficacité pour les particules aériennes » (HEPA) est le plus couramment utilisé. A l’aide de son filtre performant, il neutralise les impuretés, les bactéries et les particules. Il nécessite un changement fréquent de son filtre. L’installation de ce type de matériel, contraint à une impulsion d’air suffisante pour reproduire intensivement l’air du lieu à épurer.

Une seconde méthode fonctionne grâce à l’augmentation de la température de l’air. Ce dernier est absorbé, et traverse une cellule chaude, détruisant au passage toutes les poussières. Le purificateur rejette l’air vierge de toute pollution. Ce processus est particulièrement efficient pour lutter efficacement contre les pathologies respiratoires. De plus, il se montre performant en termes d’élimination d’odeurs et de purification d’eau.

Enfin, le purificateur ioniseur d’air, appartient à la catégorie des plus modernes. Il est très efficace contre les virus. Il absorbe les odeurs. Il lutte utilement contre les micro-organismes et toutes les substances susceptibles de provoquer des allergies. Cet appareil filtre tous les gaz constituants l’atmosphère. Il fabrique des ions négatifs en quantité importante à l’aide d’un mécanisme électronique. La quantité d’ions négatifs indispensable recouvrée, le purificateur d’air procure une atmosphère réhabilitée et saine.

Les actions offensives des purificateurs d’air sur l’atmosphère, sont démontrées scientifiquement. Leur utilisation fait apparaître une diminution conséquente des molécules suspendues dans l’atmosphère, après vingt minutes de fonctionnement. Ces contrôles prouvent, en particulier, l’efficience du purificateur ioniseur sur les particules minuscules. Ces dernières sont les plus menaçantes et dangereuses. Très fines, elles s’infiltrent sans difficulté jusqu’aux alvéoles, section la plus profonde et fragile des poumons.

Les lieux de vie fermés sont des repaires confortables pour les micro-organismes et les particules fines, des polluants extrêmement nocifs pour la santé. Quel que soit l’endroit où il est installé dans la maison, il doit répondre à une problématique concrète. Le dispositif s’impose souvent dans la pièce considérée la plus exposée à la pollution : moquette, teinture murale, produits d’entretien. Cependant, il paraît pertinent de l’installer dans la chambre à coucher. En effet, sa capacité à purifier l’air ambiant durant la période de sommeil, favorise une qualité de repos non négligeable. Aussi, il devient un allier indispensable aux personnes sujettes à des allergies ou fragilisées par des pathologies respiratoires bénignes.