Quelles nouveautés dans nos cuisines ?

La cuisine est sans doute la pièce de la maison dans laquelle nous passons le plus de temps. Elle est le maître lieu de la convivialité et du plaisir des bonnes choses. Et les Français adorent cuisiner : l’engouement pour les émissions télévisées et chaînes spécialisées, les cours de cuisine et l’explosion des sites web et blogs sur le sujet en sont particulièrement caractéristiques. Face à ce succès, les cuisinistes et autres équipementiers rivalisent d’ingéniosité pour nous fournir des solutions toujours plus innovantes. Voici donc les idées qui vont révolutionner nos cuisines en 2015.

 

Des objets toujours plus intelligents

 

Nous possédons tous des ustensiles et appareils incontournables : cafetière, bouilloire, cocotte minute, etc. Aujourd’hui, ces équipements évoluent, et deviennent intelligents. Ainsi, plusieurs marques proposent des produits connectés, pilotés via smartphone notamment.

 

Seb a sorti en 2014 son autocuiseur Nutricook Connect, permettant de réaliser simplement les recettes disponibles sur l’application smartphone dédiée. De la même manière, les poêles SmartyPans et Pantelligent promettent à leurs utilisateurs de réussir leurs plats à tous les coups. Équipées du système Bluetooth 4.0, elles disposent de nombreuses fonctionnalités. Reliées à une application IOS, Android ou Windows phone qui fournit plusieurs centaines de recettes, elles sont capables de peser les aliments, et d’en analyser la cuisson. Ces deux produits devraient être disponibles d’ici fin 2015.

 

Plusieurs modèles de cafetières connectées, par ailleurs, sont déjà sur le marché. C’est par exemple le cas de la Saeco Avanti GranBaristo du géant Philips, qui permet à ses utilisateurs de choisir directement sur leur tablette tactile le café qui leur convient : intensité, température, quantité de lait. La cafetière Ziphwip Power, développée par une start-up américaine, est quant à elle capable de préparer le café commandé par SMS. On attend avec impatience de la voir arriver dans nos cuisines !

 

La cuisine 2.0

 

En matière de cuisine, la principale innovation de l’année reste sans conteste l’Interactive Kitchen 2.0 présentée par Whirlpool au CES de Las Vegas au début du mois de janvier 2015. Encore à l’état de projet ce système révolutionnaire, fait de la cuisine de demain un monde entièrement connecté et interactif. Tous les appareils sont reliés entre eux et pilotés grâce à une interface de contrôle tactile et centralisée. Table de cuisson, four et réfrigérateur peuvent désormais communiquer.

 

Dans l’immédiat, c’est la table de cuisson CookTop Connect et sa crédence BlackSplash qui constituent le centre névralgique de ce qui est en passe de devenir un véritable écosystème. Le four sait exactement à quel moment se déclencher, tandis que le réfrigérateur détecte le niveau de fraîcheur des aliments et propose des recettes adaptées au stock de nourriture de la famille. L’Interactive Kitchen est évidemment relié à internet et possède un accès direct aux principaux réseaux sociaux.

 

La révolution des « aspirateurs robot »

L’aspirateur robot est un appareil électroménager automatisé et programmable dont la fonction est d’assurer le nettoyage des sols d’une habitation en l’absence totale d’intervention d’un être humain. L’apparition de l’aspirateur robot date de quelques années mais il connait ces dernières temps un fort développement commercial et un attrait certain de la part de la ménagère qui voit en lui le substitut idéal de ses tâches ménagères de nettoyage de poussière.

Principes de fonctionnement

L’aspirateur contrairement à un aspirateur manuel traditionnel est complètement autonome au niveau de son fonctionnement. Il accomplit sa tâche tout seul sans l’aide d’une personne à quelque moment que ce soit. Son autonomie et ses capacités de nettoyage fort appréciables en font un équipement électroménager de plus en plus prisé par la ménagère qui connait un engouement important actuellement. Comme un aspirateur normal, il est composé d’une pompe aspirante et d’un réservoir servant de collecteur de poussières muni ou pas d’un filtre à poussière changeable. Doté d’un ou de plusieurs programmes, il peut fonctionner sur une zone étendue comme la pièce d’un appartement ou bien sur un petit périmètre à nettoyer selon la nature de la programmation sélectionnée. L’aspirateur robot peut couvrir une surface pouvant aller jusqu’à 80 m2. Il est généralement muni d’une batterie rechargeable qui lui permet d’effectuer son travail d’aspiration sans avoir besoin d’être raccordé au réseau électrique domestique par un fil toujours gênant. Certains appareils sont capables de rejoindre leur station de recharge tout seuls lorsqu’ils sont déchargés. Ses capteurs lui permettent de repérer la présence d’obstacles sur son chemin et de les dévier.

Les brosses et principaux accessoires

Le robot aspirateur est généralement muni d’une ou de plusieurs brosses dont la fonction est de frotter les endroits sales pour décoller la poussière. La brosse située sous l’appareil est en principe commune à tous les aspirateurs robot sauf à ceux qui n’ont aucune brosse et qui disposent seulement d’une aspiration centrale directe. Certains appareils sont dotés de 2 brosses latérales pour frotter les murs et les angles.

Les avantages et les inconvénients

L’aspirateur robot ne pourra cependant pas atteindre les coins d’une pièce. Les concepteurs des versions futures des robots aspirateurs devront essayer de remédier à cette lacune qui pour le moment reste l’un des principaux points faibles d’un appareil électroménager particulièrement efficace et pratique. Sa petite taille lui permet toutefois de se glisser sous les lits ou sous les meubles de la maison peu surélevés. C’est incontestablement sa totale autonomie qui est fait son principal avantage sur l’aspirateur manuel. Cependant, pour obtenir des performances identiques, la pièce à nettoyer devra être soigneusement débarrassée de tous les obstacles physiques amovibles susceptibles d’être sur son chemin pendant son travail. L’aspirateur robot va permettre d’épargner la ménagère ou la technicienne de surface d’une tâche particulièrement ingrate, sans intérêt et consommatrice de temps. La présence d’un témoin lumineux très utile indique au propriétaire que l’aspirateur est plein. Les prix prohibitifs du début de commercialisation des aspirateurs robots ont chuté avec les années et les fabricants proposent aujourd’hui des tarifs attractifs de quelques centaines d’euros seulement.

La révolution des tâches ménagères est pour demain

Le nettoyage des tapis, des moquettes et des sols avec un aspirateur représente l’une des tâches les plus ennuyeuses et les moins gratifiantes d’une maison actuellement. L’aspirateur robot va sans aucun doute révolutionner les tâches ménagères dans les années qui viennent. Lorsque les concepteurs auront amélioré les performances des prochains prototypes en résolvant les points faibles actuels et surtout en augmentant encore plus l’autonomie des appareils – comme la montée et la descente des marches d’escaliers- l’aspirateur robot remplacera véritablement l’homme en effectuant la même tâche de nettoyage avec exactement la même efficacité.

Cuisine : quel sont les nouveautés ?

Depuis quelques années, la cuisine ne cesse de faire de nouveaux adeptes. Probablement la télévision a-t-elle joué un rôle important dans revalorisation d’un secteur trop méconnu et de ses acteurs qui ne l’étaient pas moins. Ce succès, toujours plus vif, a relancé le marché de la cuisine sur tous les fronts, notamment celui des ustensiles en tous genres et des appareils électroménagers qui facilitent la vie d’un cuisinier autant qu’ils nourrissent ses créations en élargissant le champ des possibles. Focus sur quelques nouveautés qui vont révolutionner le quotidien des chefs, confirmés ou non, petits et grands.

Tous aux fourneaux !

Il y a bien sûr les amoureux des cuisinières à gaz qui se refusent à effectuer leurs cuissons ailleurs que sur leur piano et puis ceux qui ont succombé aux charmes des avancées technologiques et des tables à induction. La nouveauté commercialisée par la marque Beko ne devrait pas manquer d’intéresser cette seconde catégorie de cuisiniers – il est même possible qu’elle parvienne à séduire quelques récalcitrants, membres de la première. S’il est un problème que l’on rencontre fréquemment dans le maniement des casseroles et autres poêles, c’est bien celui des feux, souvent difficiles à adapter à la taille des contenants et qui, en conséquence, ne permettent une cuisson homogène qu’à la condition de savoir ruser. Beko a ainsi eu l’idée de développer une table à induction intelligente, subdivisée en plusieurs espaces – huit en tout – et dont l’attrait essentiel réside dans le fait que la table détecte automatiquement l’emplacement occupé par le récipient et son emprise. Dès lors, il s’agit simplement de choisir la température souhaitée pour la cuisson.

Du petit électroménager malin pour une table conviviale

L’une des dernières modes en matière de pâtisserie, ce sont, sans nul doute, les Pop Cakes, ces biscuits sphériques customisés à l’envi, à la manière des Cupcakes, et présentés plantés sur des bâtonnets, tels des sucettes. La marque Bestron propose ainsi un appareil original puisqu’il permet tout à la fois de cuire Pop Cakes, Cupcakes et Donuts grâce à ses trois plaques antiadhésives. Pour en savoir plus sur ce produit : http://www.kookit.com/ustensiles-cuisine/patisserie/cake-pops/appareil-a-cake-pop-donuts-et-cupcakes-3-en-1-bestron
C’est à la marque Lagrange que l’on doit une autre nouveauté, amusante autant qu’atypique, elle aussi de type 3 en 1 : raclette, grill et crêpes. Si la réunion de ces trois fonctions peut éventuellement dérouter au premier abord, l’appareil relève le pari de la praticité. Et il s’avère idéal pour un repas en famille ou entre amis puisqu’il offre à chacun la possibilité de cuisiner selon ses envies et ses goûts. Pour les intéressés, rendez-vous donc par ici : http://www.kookit.com/ustensiles-cuisine/electromenager/appareil-a-raclette/raclette-grill-crepes-8-personnes-lagrange

Trouver son sèche-linge

Dans certaines régions de notre pays, un climat humide et froid peut empêcher un séchage rapide du linge. Par ailleurs, on trouve des personnes âgées ou handicapées pour qui une tâche aussi simple comme celle d’étendre son linge, peut supposer un véritable défi. Pour les uns et pour les autres un sèche-linge s’avère être un appareil électroménager des plus appropriés.

Par évacuation ou par condensation ?Les sèche-linges aspirent l’air de la pièce où ils sont installés, le réchauffent et l’injectent dans le tambour qui fait tourner le linge. Selon la façon dont ils expulsent l’humidité extraite du linge, on différencie deux types d’appareil :• Par évacuation : évacue l’humidité directement à l’extérieur par l’intermédiaire d’un tube
• Par condensation : collecte la vapeur d’eau dans un réservoir interne

Les sèche-linges munis du procédé d’évacuation sont davantage répandus. Ce succès tient à trois raisons majeures: généralement ils sont moins cher, ils consomment un peu moins d’énergie et l’utilisateur n’a pas besoin de vérifier sans cesse, la parfaite étanchéité de l’appareil. Par contre, il faudra veiller à ce que le tube d’évacuation d’air soit pourvu d’une sortie directe à l’extérieur.

Il existe deux types de séchoirs par évacuation : électroniques et mécaniques. Les premiers sont plus faciles à utiliser car on peut y programmer la température et la durée de séchage selon les résultats souhaités : linge prêt à être repassé, sec ou très sec. Une autre alternative est le lave-linge avec séchoir intégré qui combine en un seul appareil les deux fonctions. Ces dispositifs économisent beaucoup d’espace, mais sont coûteux et ne peuvent sécher efficacement en une seule fois.

Quelques conseils de base

• Peu importe où sort le tube d’évacuation (sur les côtés, en dessous ou derrière l’appareil). Son efficacité à expulser l’air humide ne dépend en aucune façon de cet aspect.
• Dans les modèles où il est possible d’inverser le sens d’ouverture de la porte, le passage du linge de la machine à laver au sèche-linge ne sera plus un inconvénient.
• Le sélecteur de température est une fonction très utile puisqu’il permet d’augmenter ou de réduire la chaleur en fonction du type de vêtements à sécher. Il est par exemple préférable de baisser la température lorsqu’il s’agit de linges délicats.
• La minuterie est un autre moyen de contrôler le séchage : elle peut se programmer pour que le linge sorte humide et puisse se repasser plus facilement.
• Le signal sonore indiquant la fin du cycle est intéressant pour ceux qui veulent effectuer un second programme de séchage.
• Une autre option pratique est l’indicateur de remplissage du filtre.
• La plupart des modèles comprennent un cycle spécial anti froissement. Cependant, certaines analyses mettent en évidence que le résultat n’est pas toujours celui escompté.
• Pour une famille de quatre personnes, un sèche-linge pourvu d’une capacité de 5 kilos est amplement suffisant.

50 euros par an en électricité

Les sèche-linge fonctionnant « par évacuation » sont généralement moins chers que leurs homologues « à condensation ». Leur prix moyen s’élève à 315 euros et varie en fonction du lieu d’achat : les hypermarchés et les grandes surfaces spécialisées s’avèrent être les endroits les plus économiques. Alors que si l’on recherche une grande variété de modèles, les magasins spécialisés en appareils électroménagers sont les mieux placés.

Mais le prix d’achat n’est pas le seul critère à considérer. Ce type d’appareil, comme tous ceux nécessitant chauffer, consomment une quantité non négligeable d’électricité. Le coût annuel d’un sèche-linge de classe énergétique A, la plus économique, comptant avec un usage de quatre fois par semaine, est d’environ 50 euros.

Le Scandale de l’Obsolescence programmée !

Scandaleux !

Scandaleux !

Nous vivons dans une société de consommation où l’un des principaux fondements est le renouvellement rapide de nos produits électroménagers et informatiques. Face à la prise de conscience tardive de l’épuisement de nos ressources naturelles, des effets de la crise et de l’émergence de démarches éco-citoyennes à l’échelle mondiale, il apparaît nécessaire de prolonger l’espérance de vie de nos appareils. C’est dans ce cadre que la polémique liée à l’obsolescence programmée des produits révèle une situation tout bonnement scandaleuse.

L’obsolescence programmée : Qu’est-ce que c’est ? 

Sous ce terme se cache un processus pendant lequel un matériel devient obsolète pour un consommateur soit en raison de son passage de mode soit par son incapacité à être utilisé plus longtemps. L’obsolescence programmée est précisément la volonté manifeste des constructeurs d’obliger le consommateur à remplacer son bien après une période déterminée d’utilisation. Ce phénomène touche la très grande majorité des consommateurs et se concentre principalement sur certains secteurs clés tels que l’informatique ou encore l’électroménager. L’obsolescence programmée est d’autant plus scandaleux qu’il témoigne de la volonté des constructeurs, dès la phase de conception du bien, d’en déterminer la durée de vie, toujours plus courte, afin d’inciter à consommer d’avantage.

Le gaspillage de masse généré par l’obsolescence programmée 

Si certains doutent encore de l’existence réelle de ce phénomène, de nombreux signes attestent du contraire. Qu’il s’agisse de logiciels ou de matériels qui ne sont pas compatibles avec les nouvelles versions de l’ordinateur ou du smartphone (Apple en est à ce titre un bel exemple), de certains composants d’un frigo qui se cassent et rendent l’ensemble inutilisable ou encore d’une imprimante qui, au terme d’un certain nombre d’impressions, rend l’âme, les illustrations sont nombreuses et troublantes.
Il en ressort un gaspillage de masse à l’échelle mondiale dont il serait judicieux de se préoccuper. Une autre forme d’obsolescence, plus insidieuse, mérite d’être citée. Il s’agit de l’obsolescence subjective. Celle-ci résulte du fait que certains produits, du fait de l’arrivée permanente de biens plus évolués technologiquement ou plus à la mode, rend ces derniers dépassés voire même ringards. C’est notamment sur le marché des biens électroniques que cette tendance se fait le plus significativement ressentir.

L’obsolescence programmée : Un phénomène qui a encore de beau jour devant lui

Si la réduction progressive de la durée de vie des produits n’est pas officiellement confirmée par des données statistiques précises, force est de constater qu’en l’état actuel des choses, aucune disposition règlementaire et juridique n’aborde directement cette tendance. Tout bonnement absente de la récente loi sur la consommation qui a été adoptée en 2013, la lutte contre l’obsolescence programmée des biens avait fait l’objet d’amendements de la part des écologistes qui n’ont pas été suivi d’effets.
Face à ce phénomène, les moyens de lutter existent pourtant bel et bien. En premier lieu, il est recommandé de bien choisir ses appareils et de privilégier systématiquement la qualité plutôt que de se tourner vers des produits à bas prix. Opter pour un bien de qualité, certes plus cher à l’achat, sera dans la durée beaucoup plus rentable en raison de sa plus grande résistance.

Ensuite, quand un appareil tombe en panne, il sera judicieux de chercher à remplacer la pièce défectueuse. Si vous souhaitez faire l’économie d’une intervention SAV et savez exactement ce que vous cherchez, un certain nombre de sites de vente de pièces et accessoires vous permettront de trouver le bon article à moindre coût. Et si vous avez du mal à identifier la pièce défectueuse à remplacer, il y a là aussi matière à trouver une réponse sur des forums spécialisés ou génériques.

Autre méthode beaucoup plus solidaire, celle du partage et du don entre personne. Les appareils qui ne nous servent plus peuvent très bien trouver une seconde vie chez quelqu’un d’autre. Certains organismes, à but lucratif ou associatif, récupéreront avec intérêt les produits dépassés, usés voire même cassés afin de les réparer et de leur offrir un prolongement de vie inespéré. Le culte du recyclage et une réflexion profonde sur la consommation intelligente constituent les deux principales armes face à ce scandale que représente l’obsolescence programmée.

 

Les nouveaux aspirateurs débarquent

les-aspirateurs-robots

Un Robot bien pratique !

La poussière est un fléau quotidien. Pour s’en débarrasser, l’appareil incontournable reste l’aspirateur. Et comment ne pas l’aimer ? L’aspirateur procure une simplicité d’utilisation et une efficacité sans pareil. De plus, il évolue sans cesse pour la plus grande satisfaction de ses utilisateurs. Nous dresserons ci-après un portrait des différents aspirateurs présents sur le marché.

Les différents aspirateurs

On peut citer tout d’abord l’aspirateur à main ou de table. Sans fil, ce dernier est équipé d’un bloc moteur, d’un bac à poussière, de filtres et d’une poignée ergonomique. Son autonomie en fait un appareil très apprécié.

L’aspirateur traîneau se reconnait par le fait que l’on doit le trainer derrière soi. Facilement maniable, il est composé d’un tuyau flexible et d’un manche en métal accueillant les différents accessoires. On distingue l’aspirateur traîneau avec sac et celui sans sac. La différence réside dans le contenant. Tandis que le premier aspire et stocke la poussière dans un sac à papier que l’on change une fois plein, le second aspire la poussière dans un bac que l’on doit vider.

Léger et maniable, l’aspirateur balai est un classique. Il s’agit d’un aspirateur électrique équipé de brosses rotatives.

L’aspirateur à cuve, quant à lui, à la forme d’une cuve à traineau. Il a la particularité d’aspirer l’eau et la poussière puis de les stocker dans une cuve.

Nous terminons avec le robot aspirateur. Son avantage est de permettre un nettoyage quotidien avec un minimum d’efforts. Avec ses capteurs, il évite les obstacles et se déplace en toute autonomie dans la pièce.

Les nouveaux aspirateurs

La nouveauté réside dans les fonctions intégrées dans un même appareil. Les aspirateurs sont dorénavant plus légers et plus maniables. Ainsi, les aspirateurs balais peuvent se transformer en aspirette pour une meilleure accessibilité dans les angles par exemple.

Certains sont portables. Il s’agit de l’aspirateur voiture que l’on peut brancher sur l’allume cigare, l’aspirateur balai, le balais électrique et l’aspirateur dorsal idéal pour les endroits inaccessibles.

D’autres, ont la particularité de ne pas contenir de sac. Ceux là, possèdent une aspiration cyclonique permettant la séparation des particules de poussières de l’air via force centrifuge. Cela leur permet de fonctionner sans sac.

Plus spécifique, l’aspirateur centralisé fonctionne grâce une centrale d’aspiration fixe que l’on installe soit dans le sous-sol ou dans le garage. Il est raccordé à un système de conduits répartis dans murs et les sols et permettant l’installation d’un réseau de prises d’aspiration à différents endroits de la maison. L’air aspiré est rejeté en dehors des pièces.

Plus écologique, l’aspirateur à filtre à eau remplace le sac et le bac par une réserve d’eau. La poussière au contact de l’eau se transforme alors en boue.

Le bruit étant parfois très gênant, des aspirateurs silencieux ont également vu le jour. Différentes marques sont présentes dans le marché.

Les nouveaux aspirateurs sont également plus design. On les trouve sous des formes originales, colorées et futuristes.

Les aspirateurs robots

D’une autonomie séduisante et entièrement programmables, les aspirateurs robots ont la prétention de travailler à votre place de façon efficace. Certains sont même dotés d’un système de géo localisation. La question est également de savoir s’ils gèrent bien les obstacles et si l’efficacité est la même sur différentes surfaces. Pour cela, il faut vérifier les fonctions des différents modèles disponibles. A côté du leader iRobot, 2 challengers de marque lui disputent le marché : Samsung et LG.

Si les tarifs peuvent freiner (le prix moyen s’élève à 350 euros), il existe cependant des robots d’entrée de gamme avec les fonctions basiques.

 

Le casse-tête des SAV

trouver le bon SAV ou des pièces de rechange sur le net

trouver le bon SAV ou des pièces de rechange sur le net

A l’ère de la consommation à outrance, tout est bon pour appâter le chaland.

Ainsi le SAV ou service après-vente est un incontournable auquel nous sommes sûrs d’être confrontés au cours de notre vie.
Assurer un SAV est une obligation légale pour les marchands, d’autant que le commerce en ligne se multiplie, mais aussi parce qu’il est devenu un argument de vente. C’est en effet un moyen de se démarquer face à une concurrence grandissante, voire un moyen lucratif (extension de la garantie sur plusieurs années moyennant un supplément de notre poche).
Un de nos appareils tombe en panne, nous appelons le SAV ( parfois avec un temps d’attente à la limite du supportable) et notre interlocuteur nous récite des phrases toutes faites, depuis certainement une lointaine plateforme de traitements d’appels, délocalisée pour des raisons économiques. Il arrive que le service soit injoignable, ou inexplicablement toujours saturé.
Nous apprendrons peut-être que la prise en charge ne s’applique pas pour certains dommages, ainsi le fil électrique défaillant de votre séchoir n’est pas pris en compte, ou bien les pneumatiques de votre tondeuse à priori défectueux n’entrent pas dans la garantie. Il vous faudra argumenter, voire batailler, pour espérer obtenir gain de cause et échanger la console de jeux en panne du petit dernier. Ou bien on vous promènera d’un service à un autre, vous faisant miroiter une résolution imminente du problème, avec la promesse d’être rappelé. Comme vous n’avez pas été rappelé, vous constatez le lendemain qu’il n’existe aucun historique de votre dossier.
Néanmoins, en cas de difficulté, le consommateur finit par avoir gain de cause, avec beaucoup de patience et d’obstination, la menace de la saisie du service dédié à la cause du consommateur étant toujours efficace.
Fort heureusement il y a des enseignes qui se targuent d’avoir un SAV satisfaisant, avec des solutions pour chaque problème (ou presque).
Alors, dans cette jungle commerciale, est-ce que tous les SAV se valent? Des préjugés dans certains cas, d’autant qu’à contrario le SAV présente un avantage: celui de fidéliser les clients, agréablement surpris d’être écoutés, de voir ses demandes prises en considération, et de voir de surcroît le problème résolu.

C’est d’autant plus important pour les enseignes et les marques que leur SAV se trouvent de plus en plus concurrencés sur internet par les forums de bricolage ou les sites de vente de pièces détachées.
Il semble que les enjeux du SAV soient importants quant à la réputation des enseignes, les consommateurs n’hésitant plus à exprimer leur opinion sur les forums qui fleurissent sur le web. Les sociétés travaillent de plus en plus à l’amélioration de ce service, et les offres d’emplois dans ce secteur sont de plus en plus nombreuses. A moins que le stress engendré par le poste n’ait raison des vaillants volontaires?