Des produits d’entretien écologiques

Des Produits d'Entretien respectueux de l'environnement

Des Produits d’Entretien respectueux de l’environnement

L’écologie prend, depuis quelques années, une place importante dans notre vie quotidienne. Aujourd’hui, il est d’ailleurs possible de calculer son empreinte écologique et, de tenter, grâce à des gestes simples, de la réduire au maximum. Devenir éco-citoyen passe, par exemple, par le tri des déchets, la gestion de sa consommation d’énergie ou encore, objet de cet article, par la non-utilisation de produits d’entretien chimiques.

Selon une étude du CNRS, les Européens consomment près de 11 kg de produits pour le nettoyage par an et par individu. Choisir des produits écologiques permettrait donc de réduire les effets néfastes sur l’environnement. Or, comment les choisir? Comment être sûr de leur efficacité? Comment ne pas se ruiner? Petit tour d’horizon de tout ce qu’il faut savoir afin de marier entretien et écologie…

Produits d’entretien écologiques: Comment les choisir?

Au supermarché, le rayon « produits d’entretien » est l’un des plus fournis. Entretien de la cuisine, de la salle de bain, des sols, des appareils électroménagers…. Chaque recoin de votre maison possède son propre produit. Comment alors faire le tri et savoir quels sont les produits « écologiques »? Afin de nous faciliter la tâche, la France, mais aussi l’Union Européenne, ont mis en place un système de sigles permettant de distinguer les produits écologiques sur le fameux rayon de la grande surface. Les plus connus sont les sigles NF ENVIRONNEMENT (né en 1991 et attestant que les produits présentent des impacts moindres sur l’environnement),la « Fleur » (sigle européenne crée en 1992) ou encore l’Anneau de Moebius indiquant que le produit ou son emballage est recyclable.

Produits d’entretien écologiques: Sont-ils performants?

Choisir d’utiliser des produits écologiques amène la question de leur efficacité. De nombreux progrès ont été faits depuis plusieurs années rendant les produits écologiques souvent plus efficaces que les produits chimiques. Une majorité des produits nettoyants écologiques contiennent du bicarbonate de soude ou de la terre de Sommières agissant de manière plus performante et moins fatigante! En effet, les produits chimiques contiennent, pour la plupart, des substances volatiles s’évaporant rapidement et obligeant à récurer plus fort. Voilà une bonne raison pour jeter les produits chimiques et leur préférer les produits écologiques.

Produits d’entretien écologiques: Vive les recettes de grands-mères!

Des produits écologiques à bas prix? Cela existe! Il suffit de les « cuisiner » soi-même à l’aide des produits naturels que l’on trouve dans les grandes surfaces. Vous souhaitez faire briller votre baignoire? Mélangez à de l’eau très chaude, une poignée de cristaux de soude, une cuillère de bicarbonate de soude, un verre de vinaigre blanc et quelques gouttes d’huile essentielles pour parfumer. Dégainez l’éponge et frottez à l’aide de l’huile de coude. Résultat? Une baignoire brillante et un doux parfum d’huiles essentielles.
Autre exemple? Un bidon d’un litre de liquide vaisselle coûte en moyenne 3,28 euros. Et s’il était possible de ne payer que 2,05 euros pour un litre? Pour se faire, mélangez, dans un litre d’eau bouillante, 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude, 4 cuillères à soupe de savon noir ménager, 3 cuillères à soupe de de cristaux de soude et 30 gouttes d’huile essentielle de citron ou de thym.
Attention tout de même, si vous décidez de vous lancer dans la réalisation de ces recettes, utilisez des gants. En effet, les cristaux de soude peuvent être irritants pour la peau.

Chaque année, chaque foyer français dépense près de 220 euros en produits d’entretiens chimiques. Faites donc le choix de l’écologie, du respect de l’environnement et de l’économie grâce aux produits écologiques!

Les Tendances Design

L'ultra Design se démocratise !

L’ultra Design se démocratise !

Les tendances en matière de design intérieur, qu’il s’agisse de couleur, de forme ou de matière sont en constante évolution. Chaque année regorge de nouvelles modes graphiques qui sont les conséquences des changements majeurs de notre société. En 2014, de nombreuses inspirations ont su s’affirmer et acquérir une grande popularité chez les designers. D’autres influences ont également vu le jour : alors, que choisir pour son intérieur ? Quelles sont les grandes tendances de l’année 2014 en matière de design et comment les appliquer ?

Les différentes tendances influencent plusieurs domaines de la décoration d’intérieur. En effet, la décoration d’intérieur, également appelée architecture d’intérieur influe sur la vie des hommes au quotidien. Elle joue avec chaque détail de l’espace de vie, des mobiliers à la couleur de l’espace de vie en passant par les objets et la lumière de la pièce. Elle doit à la fois refléter les tendances de la société actuelle, mais aussi la personnalité de l’habitant, car c’est lui, qui, au final, occupera les lieux au quotidien.

Les couleurs phares : à la recherche de la détente

Au cours des dernières années, on a pu remarquer la recrudescence de couleurs pop voire fluos, que ce soit en mur plein, ou en petites touches décoratives.
En 2014, on retourne à une tendance naturelle, avec des palettes de couleurs douces et neutres. Les teintes phares, appelées les « Nouveaux Neutres » jouent sur des tons pastels parfaitement assortis. On retrouve également de nombreux tons chauds et doux pour une ambiance cocooning : les caramels, camels et fauves, agrémentés d’une touche d’ocre ou d’orangé.

Selon Benjamin Moore, la couleur phare de 2014 est un bleu éthéré, très doux : la teinte Bouffée d’Oxygène.

Les matières : privilégier le retour aux sources

Cette année, la matière tendance est sans aucun doute le bois. Il s’agit d’une valeur sûre, durable, mais également d’une valeur refuge, cocooning, rassurante. Attention, on ne parle pas de bois façon meubles rustiques en chêne massif, mais de bois version revisitée et épurée. Associé avec de la laque blanche ou du métal, le bois permet la création de meubles à la fois tendance et chaleureux. Il est également très utilisé en revêtement mural, en valorisant des formes géométriques, des pavés par exemple.

Les matières premières brutes reviennent également en force cette année : paille, carton, ou encore lin, tous les objets décoratifs apportent une valeur ajoutée au matériau sans le dénaturer. Ainsi, on retrouvera des objets contemporains tels que des luminaires en carton ou encore des coussins garnis de paille…

Les styles à adopter pour un intérieur tendance

Cette année, la nature est mise à l’honneur : elle reprend ses droits et s’invite sans scrupule dans nos intérieurs. Pour une décoration sans artifices, valorisez les imprimés feuillus ou fleuris, associés à des couleurs claires et lumineuses. Les matériaux à favoriser sont le bois et les tissus naturels, comme indiqué ci dessus. La décoration nature a énormément de succès car elle donne une impression de détente à l’ensemble de la maison. De plus, elle permet de surfer sur la vague du do it yourself et pousse à la création (tabourets en rondins de bois, compositions florales…).

Les années 60 connaissent également leur heure de gloire : le vintage revient, en petites touches que ce sit en mode chic et vintage ou vintage fun.

Enfin, l’ethnique bohème, qui séduit les créatifs depuis plusieurs années, connait un raffinement du style. Encore plus cocooning, avec des tressages, sculptures, on l’agrémentera de verre pour moderniser l’ensemble.

Les Google Glass testées par les policiers de New York

Les Google Glass débarquent !

Les Google Glass débarquent !

La police de New York s’est récemment vue confier des paires de lunettes Google Glass ; qu’elle a pris plaisir à tester dans le cadre de patrouilles au cœur de la ville. Ces gadgets électroniques sont considérés comme le nec plus ultra des objets connectés, et leur utilisation pourrait se généraliser dans l’avenir. Les retours positifs des policiers new-yorkais laissent penser que ce gadget a de beaux jours devant lui.
Lunettes Google Glass : un concept inédit

Les Google Glass sont des lunettes à réalité augmentée fabriquées par Google. Elles sont équipées d’une caméra intégrée ; de mini-écrans situés sur l’un des verres, et d’une connexion internet Bluetooth ou Wifi. Les versions les plus récentes embarquent aussi un écouteur mini-usb associé à la branche droite du gadget. En plus des applications usuelles auxquelles ces objets connectés donnent accès (Gmail, Google Play, Google Maps entre autres), les utilisateurs peuvent utiliser les lunettes Google Glass pour enregistrer des vidéos, traduire des textes, ou envoyer des mails. Mais les fonctionnalités de ces lunettes connectées sont encore plus étendues, puisque des corps professionnels les ont testées avec un succès relatif.

Des lunettes utiles pour les policiers de New York ?

Les Google Glass serviraient notamment à enregistrer plus rapidement les profils des suspects poursuivis dans le cadre d’infractions à la loi. Ces lunettes ont été appréciées parce qu’elles permettent d’enregistrer les rapports grâce à la commande vocale. Progressivement, les policiers abandonneront donc les rapports écrits pour des enregistrements qui font gagner du temps. Mais l’innovation la plus marquante dans l’avenir réside dans l’utilisation probable de FaceRec et NameTag, des applications de reconnaissance faciale intégrées à Google Glass.

Pour l’instant, la firme américaine a catégoriquement refusé l’association de ce type de logiciels à ses lunettes connectées. Mais à l’avenir, il n’est pas impossible qu’elle change d’avis. Au final, les policiers de New York ont reconnu que les lunettes Google Glass pouvaient avoir leur utilité. Néanmoins, une polémique a été créée par des détenteurs de comptes Google qui ont estimé que la police ne pouvait pas se voir proposer ces tests à leur détriment. Mais l’accusation est relativement erronée, dans la mesure où de nombreux autres corps de métiers ont déjà utilisé des lunettes Google Glass avec succès.

Les usages probables du Google Glass

Les lunettes Google Glass ont déjà fait une entrée très remarquée dans l’univers de la médecine. Elles ont défrayé la chronique lorsqu’en juillet 2013, deux chirurgiens ont opéré des patients en se servant de prototypes Google Glass. Pedro Guillem et Raphael Grossman ont retransmis leurs séances d’opérations en direct à d’autres chirurgiens repartis aux quatre coins du monde. Il y a quelques jours, un troisième médecin français s’est servi du même gadget pour projeter son opération par visioconférence au Japon.
Ces lunettes connectées pourraient aussi améliorer l’accueil des passages dans les aéroports. Virgin Atlantic par exemple s’en sert dans le cadre de tests pour améliorer l’accueil des passagers de première classe, et ce depuis le 11 février 2014. Les renseignements relatifs aux vols de ces derniers sont affichés sur l’écran de la lunette, et l’hôtesse les prend en compte avant de proposer des services personnalisés aux voyageurs.

À terme, il sera sans doute possible d’acheter des produits pour enfants à partir de l’écran d’interface de Google Glass. Les mamans se serviront probablement des lunettes pour choisir des produits plus rapidement, et pour les acheter à partir de la fonction de reconnaissance vocale. Même si le potentiel marketing des Google Glass ne séduit pas tout le monde, ses fonctionnalités inédites en feront un produit très couru.

 

Quels Additifs pour votre Carburant

Du carburant vert, possible ?

Du carburant vert, possible ?

PERFORMANCE DE MOTEUR : GAZOLE OU ESSENCE, LES ADDITIFS QU’IL FAUT POUR UN RÉSULTAT OPTIMAL

Le besoin en performance automobile n’est pas nouveau, il existe depuis que ces moyens de locomotions ont vu le jour. Les additifs font partie des éléments les plus plébiscités pour arriver à des résultats supérieurs. Il s’agit de produits liquides pour la plupart, à ajouter au carburant ou à l’huile de moteur. Leurs propriétés particulières transforment le carburant ordinaire en supprimant ses limitations et en augmentant les fonctionnalités. L’histoire de ces additifs remonte à quelques siècles déjà : les premiers pas (incertains) étaient l’ajout de l’eau ou du plomb dans l’essence. Depuis, les techniques ont évolué et offrent aujourd’hui des produits aux propriétés étonnantes.

Les compositions derrière les additifs

Utilisés dans le carburant ou dans l’huile de moteur, les additifs augmentent considérablement la compression du moteur, une amélioration qui influe directement sur la puissance de ce dernier. L’un des éléments chimiques les plus couramment utilisés est le dialkyldithiophosphate de zinc (ZZD). Derrière ce nom compliqué se cache un produit remarquable qui protège le moteur contre l’oxydation, l’usure et la corrosion. Le disulfure de molybdène quant à lui est utilisé pour réduire les frictions. La plupart des additifs qui agissent comme des détergents et des protecteurs antiacides se basent sur le l’Alkylphénate sulfure de calcium ou de magnésium. La popularité des additifs tient surtout à leur facilité d’utilisation. En effet, Inutile de passer par des procédés longs et fastidieux pour augmenter la puissance du carburant : il suffit de verser une petite quantité d’additifs et le produit fait tout le travail

Les additifs pour essence
Les additifs pour essence ont un impact certain sur le moteur. En plus de diminuer les émissions toxiques et nocives, ils influent favorablement sur son état. Sa longévité se voit augmentée tandis que le ralenti est stabilisé. Pour maintenir ou restaurer la propreté des systèmes d’injection, les détergents et codétergents sont les meilleurs alliés de l’essence. Les antioxydants quant à eux permettent d’éviter la formation de sédiments problématiques dans les cuves et les réservoirs. Pour protéger le moteur contre la rouille et la corrosion, la meilleure tactique est d’inclure des additifs anticorrosion. Enfin, les desémulsifiants éliminent les risques dus à la présence de l’eau.
Additifs pour gazole
Le gazole est le carburant qui bénéficie le plus d’additifs. Sa composition le rend plus sensible aux aléas de la vie courante comme les changements de température, le passage du temps, les caprices du moteur. De ce fait, les additifs les plus efficaces pour augmenter sa performance sont :
· Les anti-figeants : ils préservent le gazole lorsque les températures chutent et protègent le système d’injection des moteurs diesel contre le colmatage
· Les antioxydants : stabilité de stockage
· Les desémulsifiants : intégrité du carburant
· Les détergents : protection du système d’injection
· Les additifs anticorrosion : protection des circuits d’alimentation
Il va s’en dire que l’amélioration du gazole influe également sur la bonne santé du moteur diesel. Les additifs tels que les modificateurs de friction et les produits anti-mousse sont apparus assez récemment et permettent de protéger efficacement le moteur.

Effets des additifs sur l’huile de moteur

Là où les additifs carburant améliorent les performances, ceux qui sont dédiés à l’huile de moteur favorisent la dynamique générale. En déposant un film antifriction et anti-usure sur les composants en mouvement du moteur, les additifs assouplissent la mécanique. Le résultat est bien sûr une consommation moindre en carburant, mais aussi un moteur nettement plus silencieux. L’important dans leur utilisation est de bien calibrer en fonction du moteur. En effet, plus il sera vieux, plus il préférera une huile moins fluide. Les additifs sont pour la plupart plus conseillés pour les huiles moteur ordinaires.

 

Du mobilier de jardin pour recevoir dans une ambiance cosy

mobilier de jardin extérieur

Un salon de Jardin Cosy idéal pour recevoir !

Mobilier de jardin : le salon sous la treille

Le printemps est de retour, ce n’est plus maintenant qu’une question de semaines. Une certaine effervescence s’empare donc des heureux propriétaires de jardin, qui vont de nouveau pouvoir tenir salon sous le soleil. Au-delà des incontournables travaux de remise en forme du jardin proprement dit, son aménagement décoratif est aujourd’hui devenu tout aussi essentiel. Il est loin le temps où l’on installait dehors une petite table et quelques chaises bancales pour partager sur le pouce un apéritif entre amis. Le salon de jardin est désormais le prolongement des pièces à vivre, ni plus, ni moins. Les grandes enseignes d’ameublement, jardineries et architectes d’intérieur l’ont bien compris, et les rayons consacrés à ce domaine sont tout aussi riches, inventifs et fournis que ceux dédiés à la déco traditionnelle.
Style, confort et originalité
Vivre et recevoir au jardin implique donc maintenant d’y trouver un confort égal à celui de son intérieur. Le mobilier édité depuis quelques années tient compte de cette volonté et la base, quand on a la chance d’avoir suffisamment de place, est de reformer ce trio traditionnel : canapé, fauteuils, table basse. Le style plutôt contemporain aux lignes épurées est assez largement plébiscité et aucune concession au confort n’est oubliée : rondeurs moelleuses, coussins profonds, assises généreuses.
En fait, il n’y a vraiment que les matériaux qui diffèrent d’un salon traditionnel, et ils sont bien sûr pensés pour être légers, solides et facilement maniables. Acier, aluminium laqué, osier artificiel, résine tressée pour les structures, mousse polyuréthane, Polyester et toile imperméable pour les revêtements. Les coloris prisés cette saison sont assez sobres, écru, gris, taupe, noir ou brun, car ce sont plutôt tous les accessoires périphériques qui adoptent une avalanche de couleurs acidulées.
Tables et chaises sont aussi proposées pour accueillir d’imposantes réunions de famille, et exit la petite table de fer forgé dont les pieds s’enfonçaient dans le gazon. Chaises fixes ou empilables, aux silhouettes graciles ou plus accueillantes, elles s’invitent à des tables rondes, carrées, rectangulaires, extensibles ou non, parfois conçues avec des matériaux nobles : verre fumé, teck indestructible mais assez onéreux, acacia ou eucalyptus.
Pas de désamour pour le bois
Même si l’investissement financier est un peu plus important, le choix du bois pour meubler son jardin réunit toujours beaucoup d’inconditionnels. Inutile de louer la beauté et la solidité de quelques essences toujours utilisées dans la construction navale. Cèdre, mélèze, frêne, pin ou chêne, les fabricants misent là sur une matière première quasiment inusable dont l’esthétique fait l’unanimité. Un mobilier de jardin en bois est donc un achat réfléchi qui traversera les décennies pour ensuite faire partie du patrimoine familial.
D’ailleurs, il suffit d’interroger un panel de consommateurs qui confirment ce goût : presque 53 % des personnes interrogées disent avoir choisi le bois pour meubler leur jardin, 22,8 % ont opté pour le plastique, 14,6 % pour l’aluminium ou l’acier, 8,2 % ont préféré le fer forgé et 1,7 % la toile. Ce petit sondage (Source : « Le Journal des Femmes » de juin 2013) n’est pas vraiment une surprise et les deux tendances fortes qui ressortent indiquent que le choix des ménages oscille sans doute entre le côté esthétique (bois) et le sens pratique (plastique).
Tous les à-côtés
Quand les grosses pièces du mobilier de jardin sont choisies et installées, vient enfin le temps de penser à la décoration. Le barbecue, les bougies, quelques guirlandes, une tonnelle, une petite tente de réception pour les grands jours –pourquoi pas-, des torches, des miroirs, autant de détails qui font aussi partie à part entière de l’aménagement de ce petit Eden.

 

Le casse-tête des SAV

trouver le bon SAV ou des pièces de rechange sur le net

trouver le bon SAV ou des pièces de rechange sur le net

A l’ère de la consommation à outrance, tout est bon pour appâter le chaland.

Ainsi le SAV ou service après-vente est un incontournable auquel nous sommes sûrs d’être confrontés au cours de notre vie.
Assurer un SAV est une obligation légale pour les marchands, d’autant que le commerce en ligne se multiplie, mais aussi parce qu’il est devenu un argument de vente. C’est en effet un moyen de se démarquer face à une concurrence grandissante, voire un moyen lucratif (extension de la garantie sur plusieurs années moyennant un supplément de notre poche).
Un de nos appareils tombe en panne, nous appelons le SAV ( parfois avec un temps d’attente à la limite du supportable) et notre interlocuteur nous récite des phrases toutes faites, depuis certainement une lointaine plateforme de traitements d’appels, délocalisée pour des raisons économiques. Il arrive que le service soit injoignable, ou inexplicablement toujours saturé.
Nous apprendrons peut-être que la prise en charge ne s’applique pas pour certains dommages, ainsi le fil électrique défaillant de votre séchoir n’est pas pris en compte, ou bien les pneumatiques de votre tondeuse à priori défectueux n’entrent pas dans la garantie. Il vous faudra argumenter, voire batailler, pour espérer obtenir gain de cause et échanger la console de jeux en panne du petit dernier. Ou bien on vous promènera d’un service à un autre, vous faisant miroiter une résolution imminente du problème, avec la promesse d’être rappelé. Comme vous n’avez pas été rappelé, vous constatez le lendemain qu’il n’existe aucun historique de votre dossier.
Néanmoins, en cas de difficulté, le consommateur finit par avoir gain de cause, avec beaucoup de patience et d’obstination, la menace de la saisie du service dédié à la cause du consommateur étant toujours efficace.
Fort heureusement il y a des enseignes qui se targuent d’avoir un SAV satisfaisant, avec des solutions pour chaque problème (ou presque).
Alors, dans cette jungle commerciale, est-ce que tous les SAV se valent? Des préjugés dans certains cas, d’autant qu’à contrario le SAV présente un avantage: celui de fidéliser les clients, agréablement surpris d’être écoutés, de voir ses demandes prises en considération, et de voir de surcroît le problème résolu.

C’est d’autant plus important pour les enseignes et les marques que leur SAV se trouvent de plus en plus concurrencés sur internet par les forums de bricolage ou les sites de vente de pièces détachées.
Il semble que les enjeux du SAV soient importants quant à la réputation des enseignes, les consommateurs n’hésitant plus à exprimer leur opinion sur les forums qui fleurissent sur le web. Les sociétés travaillent de plus en plus à l’amélioration de ce service, et les offres d’emplois dans ce secteur sont de plus en plus nombreuses. A moins que le stress engendré par le poste n’ait raison des vaillants volontaires?

Des purificateurs d’air pour assainir l’air de vos pièces

Humidificateur d'air

Humidificateur d’air

Les matériaux entrant dans la composition du mobilier, les rideaux, le linge de maison, les tissus muraux, les peintures, les appareils électroménagers et les produits d’entretien sont autant de souches dégageant en permanence de nombreux composés chimiques. Les conséquences sur le métabolisme, en cas de contact régulier à ces substances, sont graves, même si l’étude de ces dernières est encore approximative. Nous flânons une grande majorité de notre temps dans des milieux clos, sources actives de bactéries. L’altération de l’atmosphère de nos foyers est majoritairement provoquée par des Composés Organiques Volatils (COV).

Le purificateur d’air, en complément d’aérations régulières de l’appartement et de l’utilisation de la VMC, est un dispositif visant à anéantir les impuretés d’un lieu clos. Il épure l’atmosphère, chasse les mauvaises odeurs, assainit l’entourage et restitue une ambiance saine. Il existe trois variantes de purificateurs d’air : purificateurs à filtres, à ioniseurs, ou à haute température. Ils purifient, assainissent l’espace dans lequel nous passons la plus importante partie de notre vie.

Le purificateur d’air à filtre, dit « à haute efficacité pour les particules aériennes » (HEPA) est le plus couramment utilisé. A l’aide de son filtre performant, il neutralise les impuretés, les bactéries et les particules. Il nécessite un changement fréquent de son filtre. L’installation de ce type de matériel, contraint à une impulsion d’air suffisante pour reproduire intensivement l’air du lieu à épurer.

Une seconde méthode fonctionne grâce à l’augmentation de la température de l’air. Ce dernier est absorbé, et traverse une cellule chaude, détruisant au passage toutes les poussières. Le purificateur rejette l’air vierge de toute pollution. Ce processus est particulièrement efficient pour lutter efficacement contre les pathologies respiratoires. De plus, il se montre performant en termes d’élimination d’odeurs et de purification d’eau.

Enfin, le purificateur ioniseur d’air, appartient à la catégorie des plus modernes. Il est très efficace contre les virus. Il absorbe les odeurs. Il lutte utilement contre les micro-organismes et toutes les substances susceptibles de provoquer des allergies. Cet appareil filtre tous les gaz constituants l’atmosphère. Il fabrique des ions négatifs en quantité importante à l’aide d’un mécanisme électronique. La quantité d’ions négatifs indispensable recouvrée, le purificateur d’air procure une atmosphère réhabilitée et saine.

Les actions offensives des purificateurs d’air sur l’atmosphère, sont démontrées scientifiquement. Leur utilisation fait apparaître une diminution conséquente des molécules suspendues dans l’atmosphère, après vingt minutes de fonctionnement. Ces contrôles prouvent, en particulier, l’efficience du purificateur ioniseur sur les particules minuscules. Ces dernières sont les plus menaçantes et dangereuses. Très fines, elles s’infiltrent sans difficulté jusqu’aux alvéoles, section la plus profonde et fragile des poumons.

Les lieux de vie fermés sont des repaires confortables pour les micro-organismes et les particules fines, des polluants extrêmement nocifs pour la santé. Quel que soit l’endroit où il est installé dans la maison, il doit répondre à une problématique concrète. Le dispositif s’impose souvent dans la pièce considérée la plus exposée à la pollution : moquette, teinture murale, produits d’entretien. Cependant, il paraît pertinent de l’installer dans la chambre à coucher. En effet, sa capacité à purifier l’air ambiant durant la période de sommeil, favorise une qualité de repos non négligeable. Aussi, il devient un allier indispensable aux personnes sujettes à des allergies ou fragilisées par des pathologies respiratoires bénignes.

 

Les accessoires connectés envahissent nos maisons

accessoires-connectes-webinventifDans les années 1960, la série télévisée Star Trek nous promettait un monde dans lequel ordinateurs et communication sans fil seraient à la portée de tous. Et voilà qu’un demi-siècle plus tard, notre réalité quotidienne est en passe de largement dépasser cet univers de science-fiction. Notre environnement quotidien est réinventé et des accessoires connectés et bourrés de nouvelles fonctionnalités envahissent nos bureaux, nos maisons et même nos voitures. Chacun d’entre nous devient un véritable chef d’orchestre de ses objets connectés et sa baguette de chef n’est autre que son smartphone. L’institut de l’audiovisuel et des télécommunications en Europe devenu l’Idate estime qu’en 2020, il y aura 80 milliards d’objets connectés dans le monde et que chaque terrien en possèdera en moyenne dix.

Dans une maison intelligente, de plus en plus d’actes de la vie de tous les jours sont facilités par des objets connectés soit avec un module wifi intégré, soit via une application de type Android ou iOS. En voici quelques exemples :
– L’intensité de l’éclairage des murs ou des objets se règle avec des ampoules à LED pilotables depuis son smartphone. La modulation de l’éclairage peut également suivre celle de vos musiques préférées.
– Avec son application mobile, la cocotte-minute connectée de Seb vous aide à réaliser pas à pas votre plat en vous donnant l’ordre des ingrédients, puis elle choisit son programme de cuisson en fonction de la recette désirée.
– Dans le même ordre d’idée, la balance culinaire connectée à votre iPhone ou votre iPad vous informe non seulement sur les quantités d’aliments que vous allez consommer, mais aussi sur leurs teneurs en calories, vitamines et sels minéraux. Un bon moyen de surveiller sa ligne tout en consommant de bonnes choses.
– En cas d’absence, une gamelle connectée vous permettra à distance de décider des heures et des quantités de croquettes à fournir pour nourrir votre chien ou votre chat.
– Lorsque vous vous réveillez le matin, vous apprécierez de pouvoir rester quelques minutes de plus dans votre lit pendant que votre bouilloire iKettle fait chauffer l’eau de votre thé.
– Le constructeur coréen d’électroménager LG a conçu la technologie Smart ThinQ pour que votre smartphone puisse communiquer avec l’écran LCD de votre réfrigérateur. Ainsi, plus besoin de liste de course, il vous suffit lorsque vous êtes dans votre supermarché préféré d’entrer en communication avec votre frigo pour vérifier les aliments qu’il contient, ainsi que leurs dates limites de consommation et donc ce qu’il vous faut acheter en priorité.

En complément de ses smartphones, la marque Samsung a développé des montres connectées qui s’adressent plus particulièrement aux sportifs qui souhaitent mieux suivre et analyser leurs performances. Compter le nombre de pas effectués et les kilomètres parcourus, quantifier les calories dépensées, mais aussi surveiller son rythme cardiaque son quelques-unes des possibilités des montres Gear 2 et Gear Neo. Mieux encore, dotées d’un système infrarouge, ces montres remplacent la télécommande de votre téléviseur.

Les voitures connectées et autonomes deviennent aussi réalité et le Royaume-Uni a même récemment lancé son projet de première route connectée. La voiture deviendra vite capable d’auto-diagnostiquer ses éventuelles pannes, sur la route de vos vacances, elle vous indiquera les routes à prendre pour éviter les bouchons, vous aidera à trouver les meilleurs parkings et même à vous garer. Vous pourrez également depuis votre voiture, une heure ou deux avant votre arrivée, mettre en route le chauffage de votre maison. Aujourd’hui, avec ses 18 capteurs et radars, la Ford focus est la voiture connectée la plus évoluée du marché. Son système de navigation se commande vocalement et son système de freinage d’urgence intervient automatiquement en cas de défaillance du conducteur. Son système de reconnaissance vocale vous permet d’écouter une chanson en indiquant son titre ou le nom du chanteur.

Avec les objets connectés, le futur, c’est maintenant !