Routes d’hiver : Anticiper son équipement

La saison hivernale et ses conditions climatiques rendent la conduite et la route moins sûres. En effet, les pluies verglaçantes, les chutes de neige ou les forts brouillards peuvent entraîner une faible luminosité et une certaine fatigue chez le conducteur. Ainsi, ce dernier se doit d’être préparé et d’adopter un bon comportement afin de limiter les risques.

Nécessité d’un équipement adapté

On recense cinq catégories d’équipement homologué.

Premièrement, les chaînes sont obligatoires pour certaines sections de route. En cas de neige, elles permettent une meilleure adhérence mais l’automobiliste doit toujours rouler à moins de 50Km/h. Il existe des systèmes de montage rapide sans déplacement du véhicule (préférables au système classique) ou encore des chaînes automatiques qui sont généralement utilisés par les poids lourds. Avant de partir, il convient d’essayer au moins une fois de monter et démonter les chaînes sur un pneu.

Les chaussettes à neige, moins développées, constituent une alternative aux chaînes. Il en existe deux modèles : les chaussettes à neige en textile (une sorte de housse en tissu permettant de recouvrir le pneu et de l’isoler de la neige) et les chaussettes à neige en matériaux composites. La société Michelin a d’ailleurs innové avec la sortie du produit « Easy Grip » homologué comme équipement d’hiver : c’est une chaussette composée de 150 anneaux d’acier permettent d’optimiser la tenue sur la route. La vitesse est limitée à 50Km/h.

En France, aucune réglementation n’existe concernant les pneumatiques hiver. Cependant, les conducteurs peuvent les utiliser : grâce à une gomme plus tendre et des rainures larges et profondes, ils améliorent considérablement l’adhérence et le freinage sur route enneigée. C’est la gamme de pneus la plus répandue en France.

Il existe une autre gamme de pneus créée uniquement pour les zones de montagne. Il s’agit du pneu nordique, appelé aussi pneu glace ou pneu contact. Il est plus efficace qu’un pneu hiver et moins bruyant qu’un pneu clouté.

Le dernier équipement est le pneu à clous. Son utilisation est limitée à une période définie du samedi précédent le 11 novembre au dernier dimanche de mars de l’année suivante. La conduite avec des pneus cloutés oblige de coller un disque à l’arrière du véhicule et la vitesse est limitée à 90Km/h.

Organes de sécurité du véhicule et accessoires

Pour rouler en période hivernale, il convient de faire quelques vérifications d’usage avant de partir. Il faut surveiller la bande de roulement et la profondeur des sculptures des pneus et contrôler régulièrement leur pression. Par ailleurs, il est important de vérifier le système de freinage antiblocage, le contrôle électronique de trajectoire et l’aide au freinage d’urgence. La batterie et le réservoir d’essence doivent également être en parfait état de fonctionnement. Enfin, il faut faire l’appoint du liquide lave-glace résistant au gel.

Il existe plusieurs accessoires en temps de neige ou de gel. Ainsi, comme la loi l’oblige, il est impératif d’avoir dans son véhicule un gilet de sécurité et un triangle de présignalisation en cas d’accident. Il est aussi conseillé d’avoir en sa possession une raclette pour dégivrer le pare-brise, une lampe torche, une couverture chaude et des provisions en cas d’immobilisation prolongée.

 

Une conduite souple et sûre

Il faut impérativement adapter sa conduite en fonction de l’état de la chaussée. Si la visibilité est mauvaise, il faut réduire sa vitesse à 50 km/h et allumer les feux de croisement et les feux de brouillard. Quand un engin de salage passe, il faut lui laisser la priorité. L’automobiliste doit augmenter ses distances de sécurité, anticiper les freinages et ne pas avoir de manœuvres brusques pour ne pas perdre l’adhérence.

 

Bookmarquez le permalien.

Les commentaires sont clos.